article Dernières Nouvelles d'Alsace 26 mai

Publié le par Alliance royale législatives 2012

Créée en 2001, l’Alliance Royale est un parti politique « qui veut réinventer l’idée de la monarchie et en faire un atout pour la France », explique la candidate,  « mère de famille travaillant dans le tourisme » et représentante de l’Alliance en Alsace.

Le parti monarchiste, qui présente deux autres candidats en Alsace, dans la 5 e (Mulhouse-Habsheim) et la 1 ere (Colmar) du Haut-Rhin. Il souhaite à travers sa campagne faire progresser une certaine idée de la France.

« On veut changer les institutions. Les institutions républicaines ont des faiblesses, on veut donner une force à l’État français par la royauté. Nous combattons cette imposture de la droite et de la gauche, un roi est roi de tous ses sujets. Avant la Révolution, on était royaliste, il n’est pas normal qu’un peuple soit divisé ».

« Le roi est un rempart contre les lobbies »

Selon Sandrine Pico, déjà candidates aux Européennes de 2004 et 2009 et aux cantonales à Lutterbach, la monarchie est seule capable de donner une force à l’État en renforçant les pouvoirs régaliens du roi.

« Il n’est pas élu, donc il est indépendant et pas prisonnier des lobbies alors que la république est fragile vis-à-vis des groupes de pression du fait du financement des partis. Le pouvoir héréditaire renforce également l’indépendance du roi et permet à l’État de retrouver sa fonction de contrôle et de régulation car en n’étant pas élu tous les cinq ans il peut agir dans la durée et à l’abri des lobbies. »

Tout en souhaitant conserver le bicamérisme, elle préconise une transformation de l’assemblée nationale en chambre de représentation des corps intermédiaires : PME, artisans, salariés, familles, élus, et un sénat « gardant son rôle avec des élections proportionnelles pour représenter les partis. »

La candidate place par ailleurs la morale au centre de son programme. « Les banques sont régies par la cupidité. Nous proposons de dissocier les banques de dépôt des banques d’affaires. »

Sur le plan économique, la priorité va aux PME, « qui ont le vrai courage » dans un tissu économique haut-rhinois « encore assez florissant mais sur lequel des menaces pèsent. On est en train de rentrer dans une féodalité ultralibérale et financière, tandis que les rois se sont toujours battus contre les féodaux », estime-t-elle.

Selon l’Alliance Royale, le roi doit être catholique. « Mais ce n’est pas une théocratie, il y a une liberté religieuse et il règne sur ses sujets qu’ils soient athées, musulmans ou juifs ».

Plaidant « pour un royalisme démocrate social », Sandrine Pico ne se réfère à aucune des monarchies parlementaires européennes actuelles. « On s’inspirerait volontiers de la démocratie suisse », conclut-ellesandrine12789

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique 26/05/2012 19:44

Non, Alliance royale n'a pas été créée en 1981, mais fin janvier 2001.