article "l'Alsace"6 juin

Publié le par Alliance royale législatives 2012

JPEG.JPGMariée et mère de quatre enfants, Sandrine Pico travaille dans le tourisme, habite à Colmar, mais n’est pas une inconnue des électeurs de la sixième circonscription : elle a déjà participé, dans ce secteur, aux élections cantonales en 2006 et aux élections européennes de 2009. À chaque fois, elle a placé sa candidature sous la bannière du parti de l’Alliance royale, une formation politique fondée en 2001 et regroupant des citoyens ayant décidé qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français.

« Je ne me présente pas pour parler d’histoire ou de carrosse. À l’Alliance royale, on fait de la monarchie sociale. » Soit, mais pourquoi militer pour un retour de la royauté au XXI e siècle ? « L’important, c’est de changer les institutions qui ne fonctionnent plus en instaurant une monarchie constitutionnelle. Je vais utiliser une image pour expliquer notre démarche : ce n’est pas en améliorant la bougie que l’on a inventé l’ampoule électrique. »

Un roi mais quel roi, et avec quel système parlementaire ? « Des prétendants, il y en a dans les familles d’Orléans et d’Anjou. Il faut qu’il soit désigné par référendum. Mais on garde le bicamérisme. » Le roi présiderait comme l’actuel président de la République mais aurait, selon Sandrine Pico, « l’avantage de travailler sur le long terme puisque son pouvoir est héréditaire. On n’a pas besoin d’une république couronnée, mais d’un roi qui a des pouvoirs, qui est présent au conseil des ministres, qui préside… » Être royaliste exonère-t-il notre candidate de choisir entre la droite et la gauche ? « Mais croyez-vous que l’on demande à la reine d’Angleterre si elle est de droite ou de gauche ? », contre-attaque Sandrine Pico, qui en profite pour rappeler qu’à son époque (NDLR : en 987), « Hugues Capet a bien été élu ». Côté alsacien, la candidate veut soutenir « les petites PME qui représentent 94 % des entreprises et qui ne sont pas représentées » et militer pour plus de justice sociale. « C’est le facteur social qui résoudra les problèmes. Si tous les Français retrouvent un emploi, ils seront plus calmes. »

Localement, Sandrine Pico souhaite que la région « joue à fond la carte du bilinguisme en matière scolaire » et se prononce pour l’émergence du fameux Conseil d’Alsace, mais à une condition, « que le siège soit implanté à Colmar ».

Sandrine Pico aura comme suppléant le Mulhousien Jean-Denis Guallar.

le 06/06/2012 à 05:00 par Laurent Gentilhomme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Opiniondelamonarchie 06/06/2012 20:35

Bonjour, je tiens à vous encourager : j'espère que vous obtiendrez des résultats satisfaisants lors de ces élections.
Je tiens un blog sur l'opinion des français sur l'instauration d'une monarchie constitutionnelle en France, et j'invite toute personne intéressée par le sujet, à participer au sondage :
http://opiniondelamonarchie.wordpress.com/2012/04/26/notre-sondage/
Je parlerais prochainement de votre action pour ces législatives ; entreprise qui révèle la montée du royalisme en France. J'espère humblement que mon étude saura vous donner des idées... Je
m'attache à l'opinion de tous les quidam français.